Associatifs, coworkers, artistes et curieux passants : l’écosystème est agile par sa diversité d’acteurs. Nous vous parlerons d’un de ses visages, dont les mains travaillent, rangent et adaptent toujours dans le but de pousser les murs et de faire de ces lieux, une entité collective.

© Christophe Pit
© Christophe Pit

Ayant évolué au Centre National de Danse Contemporaine, précédemment issue de l’école des Beaux-Arts de Rennes, Margot Joncheray est un personnage qui ne lésine pas sur les moyens pour rendre ce lieu confortable tant pour les usagers que pour les curieux.

Je m’occupe de ce hangar, le « dépôt », en face du Skate Park. Je me suis appropriée le lieu, cet espace avait besoin d’attention pour être épuré, pour le rendre petit à petit plus aéré. J’ai activement participé à sa remise en forme. Aujourd’hui c’est déjà mieux, maintenant il faut continuer dans cette dynamique et que chaque acteur associatif poursuive dans cette lancée.
J’essaye de constamment être dans une optique de progression pour accueillir les publics dans de meilleures conditions possibles, ou pour qu’ils soient le mieux renseignés sur l’histoire de l’association de Bordeaux Bike Polo dont je fais partie, et sur les autres associations sportives établies ici : les S.T.Y.X, le BMX Flat Land et le Roller Derby. Entre autres.

Cet espace sur lequel elle a investi son énergie pendant plusieurs mois, abritait à l’origine une formidable quantité de matériaux inexploités, des frigos, des barres de fer, des planches de bois, des tôles et des bris de verre éparpillés ci et là.

J’essaye de développer la scénographie du lieu.

C’est un peu théâtral, mais j’aimerais vraiment qu’il y ait un scénario et que l’on progresse successivement en plusieurs étapes.  J’ai changé la disposition du bar, je le trouve maintenant plus adéquat au passage des visiteurs et plus accueillant !

Margot a été une résidente d’un des tétrodons du village situé à côté de la Ferme Niel. Ce travail est pour elle une activité bénévole, car elle apprécie cet esprit de place de marché, dans lequel les gens se sociabilisent. Elle apprend beaucoup, et souhaite partager en espérant installer une bibliothèque, ou une exposition permanente qui retracerait l’évolution du Dépôt, et de ses nombreuses activités. Ce dernier détail ne lui aura pas échappé :

Il y a là, l’atelier de Zarb – FullColor avec qui nous allons prochainement collaborer pour la réalisation d’une fresque sur le mur attenant au terrain ; les arts et le sport comme complices. Il y a aussi le local des Darwin Custom, une des serres de Nature & Potager en Ville et l’Etincelle, un atelier de réparation de vélos avec qui nous sommes partenaire pour mutualiser nos outils et nos connaissances pour bricoler nos vélos. Nous avons aussi Guillaume, un des joueurs du Bordeaux Bike Polo qui réalise lui-même des lampes en upcycling, ce serait génial de décorer le Dépôt avec !

Cette danseuse, fanatique d’adrénaline, de sport et d’équilibrisme a ce qu’on pourrait dire une approche douce du sport. C’est « sa place de fille dans un sport masculin ». Elle aborde le Bike Polo comme une chorégraphie et cherche constamment des méthodes de préparation physique, porte un regard critique sur les phases de jeux et étudie comment son corps et son mental s’adaptent à la spécificité du Bike Polo.

Voyant cette passion comme un réel tournant dans son parcours professionnel, Margot s’est inscrite cette année dans une école d’ostéopathie pour lui permettre d’approfondir ce travail de recherche autour du « corps en action », mais aussi pour préparer d’avantage les joueurs de Bordeaux Bike Polo :

Rendre confortable cet espace, c’est préserver le sport, et préserver les joueurs. Garder les corps en bonne santé c’est assurer la longévité du Bike Polo et assurer la bienveillance dans ce sport de « guerrier pacifique ».

Un sourire…

Et pourquoi je n’installerais pas mon cabinet d’ostéo ici ?

Articles similaires