Bruno Moiroux a connu l’A�cosystA?me de la caserne NielA�via le milieu associatif girondin oA? il s’investitA�auprA?s des jeunes ou des A�conomiquement faibles. Darwin, ceA�lieu pour lui difficile A� ignorer tellement il rayonne depuis sa rA�habilitation, cetteA�dA�couverte A�videnteA�pour peu que l’on cherche, comme lui, A� crA�er, amA�liorer, optimiser, A�conomiser,A�Bruno s’y est fait sa place. Car ce qu’aime par dessus tout ce Bordelais d’adoption, nA� il y a 59 ans A� Paris, ce sont les machines A�lectriques, A�lectroniques, voire mA?me l’informatique familiale.


Depuis le mois de novembre dernier, pA�riode oA? il a rencontrA� « les gars du Darwin Custom » en pleine installation de leur atelier, il a depuis un coin A� lui, mA?me si aux motos il prA�fA?re les autos.

DARWIN_PORTRAIT_BRUNO_Christophe_Pit_003
Bruno MoirouxA�A�A�Christophe Pit

Je suis venu A� Darwin grA?ce A� mes amis de l’Etincelle, l’atelier de crA�ation et de vente de vA�los, mitoyen du Custom. Les rencontres humaines que j’y ai faites ont A�voluA� vers des A�changes techniques, puis par mon intA�gration etA�la mutualisation des moyens et de nos savoirs.

MA�canicien A�lectromA�canicien, Bruno a beaucoup travaillA� en indA�pendant et en intA�rim. Il a ainsi fait un passage chez Dassault, pA�riode durant laquelle ilA�partiraA�travailler 3 ans au Canada. Il y dA�couvrira des milieuxA�professionnels diffA�rents, facteur d’enrichissement deA�ses connaissances et deA�son univers technique. MA�langeant expA�rience, formation etA�dA�marcheA�autodidacte, Bruno est avide de discuter avec des passionnA�s de mA�canique toutes gA�nA�rations confondues. C’est A�a aussi l’effet kiss cool de Darwin !

Aujourd’hui, Bruno a une nouvelleA�ambition.A�CelleA�de dA�velopper des systA?mes existants pour crA�er une ou des A�nergies autonomes.

Je suis convaincu qu’au niveau global, nous allons manquer trA?s vite de certaines ressources. En milieu rural on a plus l’habitude de se dA�brouiller, alors qu’en milieu urbain on est moins attentionnA�s. Il y a plein de choses que l’on pourrait faire pour A�conomiser, comme rA�cupA�rerA�l’eau de pluie sur son balcon, sa cour ou son jardin. On n’y pense pas, on trouve A�a superflu, alors que c’est une dA�marche collective. J’ai rencontrA� un architecte qui me racontait combien ses homologues indiens A�taient choquA�s que l’eau de nos toilettes soit potable !

PassionnA� de physique et de chimie, celui qui est capable de mettre les mains dans le cambouis d’une Panhard des annA�es 50 ou rA�parer un systA?me A�lectrique, cherche A� comprendre ce qu’il y a derriA?re chaque chose et lit tout ce qu’il peut.

On ne peut pas comprendre l’univers et trouver sa place dans la sociA�tA� humaine, de l’infiniment petit A� l’infiniment grand, sans s’instruire, aller A� des expos, A�changer… A�Depuis plusieurs annA�es, nous disposons d’un outil merveilleux qu’estA�Internet.

Aller voirA�ce qu’il y a derriA?re les choses le fascine et il apprA�cie de pouvoir s’y adonnerA�dans leA�contexte de l’A�cosystA?me darwinien.

Darwin, grA?ce A� sonA�Fonds de dotation, accueille les associations gratuitement et soutient des projets qui crA�ent et enrichissent la vie publique A� une A�poque oA? tout est rA�duit A� une A�conomie drastique. C’est vraiment un lieu rare !

A� I Camus
A� I. Camus

ActuellementA�Bruno oeuvre A� la fabrication d’une citerne vouA�e A� devenir un systA?me autonome pour se laver les mains, fonctionnant en circuit fermA�, sans A�nergie, par le simple phA�nomA?ne de la physique. Ce que, si d’aventure vous le croisez dans son bleu de travail, il se fera un plaisir de vous expliquer en toute simplicitA� et gA�nA�rositA�, avide de partager et de faire des A�mules en phase avecA�sa deviseA�:

Non pas produireA�pour la masse, mais produire pour l’autonomie individuelle.

Articles similaires